42. Collection Concorde - Instruments de Bord du Concorde Série

16 avril 2008


Bienvenue dans la section

Concordescopia - Musée Virtuel

Ce musée virtuel "Concordescopia" a pour but de vous faire partager ma passion du Concorde Air France et de tous les objets qui s'y rattachent. Je vais vous faire découvrir ma collection personnelle qui comporte plus de 2500 objets du Concorde Air France ou du Prototype Concorde...

Pour accéder plus facilement à ce site, vous pouvez taper:
www.concordescopia.com ou www.concordescopia.fr

N'hésitez pas à l'enrichir en me proposant vos propres commentaires sur les pièces et objets présentés, mais également vos propres objets Concorde (si ils sont à vendre) à l'adresse email suivante :
concordefashion@yahoo.com

Si vous êtes également un grand passionné du Concorde, venez rejoindre la communauté Concordescopia sur Facebook et ses milliers de fans à travers le monde en cliquant sur l'image ci-dessous :

https://www.facebook.com/musee.concorde

Pour information, les objets de cette collection exceptionnelle sont potentiellement à vendre sauf exceptions... Contactez moi avec la liste des objets qui vous intéressent (lien html et numéro de l'objet) et je vous communiquerais leur prix de vente selon mon prix d'achat et leur rareté.

11 février 2006

Ce voyage à travers ma collection Concorde continue par la découverte des instruments de bord du Concorde Série.

De part mes rencontres sur le net avec des "anciens" de Sud Aviation et d'Air France ou de ma participation à des ventes aux enchères officielles, j'ai eu la chance d'obtenir des pièces de cet avion extraordinaire...

Nombre d'instruments de bord du Concorde Série au 12/09/2017 : 18

Instruments de bord du Concorde Série

1- Horizon artificiel de secours du Concorde Série F-WTSB fabriqué par la société Sperry. Référence: 66 837 002 00 - 20 Mars 1976









Le Concorde, avion de ligne supersonique franco-britannique, a été construit en seulement 20 exemplaires. 6 appareils ont servi pour le développement et 14 pour les vols commerciaux.
 

Il y a ainsi eu :
- 2 prototypes (001 et 002)
- 2 appareils de pré-production (101 et 102)
- 16 appareils de production (201 à 216) dont les deux premiers (F-WTSB/201 et G-BBDG/202) n’ont jamais fait de service commercial sauf pour des vols présidentiels et dont les quatorze autres ont réalisé les vols commerciaux d'Air France et de British Aiways.
 

L'indicateur de directeur de vol du fabricant Sperry était monté sur les 6 premiers appareils Concorde au niveau de la planche de l'ingénieur de vol. 

Concorde, portant l’immatriculation F-WTSB, est l’un des premiers exemplaires produits à Toulouse par Sud Aviation. Ayant réalisé son premier vol le 6 Décembre 1973, il a servi d’avion d’essais puis d’avion présidentiel jusqu’en Avril 1985. Il est ainsi à la fois équipé d’une cabine d’une trentaine de places et d’installation d’essais pour les ingénieurs de vol. Il est depuis Janvier 2015 exposé au musée Aéroscopia de Blagnac.







L'indicateur de directeur de vol du fabricant Sperry a également été monté comme ADI / horizon principal de l'avion Caravelle, premier biréacteur civil au monde produit en série et fleuron de l'aéronautique française dans les années 50-60.



L'indicateur de directeur de vol du fabricant Sperry monté sur Prototype Concorde (G-BSST sur la photo ci-dessous):



L'indicateur de directeur de vol du fabricant Sperry monté sur Concorde de pré-production (G-AXDN sur la photo ci-dessous):


L'indicateur de directeur de vol du fabricant Sperry monté sur Prototype Concorde (F-WTSS sur la photo ci-dessous):




2- Casque des pilotes du Concorde fabriqué par Holmberg & Co, Référence: 66 377 100 00 - Octobre 1976









3- Détecteur de température de freins Jaeger du Concorde Série, Référence: 66 421 286 00 - Avril 1977

Instrument faisant parti des objets proposés lors de la vente aux enchères chez Christie's en Novembre 2003 et adjugé pour 10 575 euros (lot numéro 6) !















FICHE TECHNIQUE

"SITUATION :
Ce boîtier, composé de 8 voyants et d’un indicateur à aiguille, se situe au poste, sur le panneau OMN.
Son rôle est de donner un complément d’informations sur les températures des freins.


FONCTIONNEMENT :
En cas de surchauffe, un voyant “WHEELS O/HEAT” s’allume rouge au panneau OPL. Cela signifie que au moins un frein a atteint une température égale ou supérieure à 220°.
Sur le panneau OMN, le voyant du frein concerné s’allume rouge et l’aiguille indique précisément la température. L’ OMN peut vérifier la Température de chaque frein, en appuyant sur le voyant correspondant à sa position. Le bouton “TEST” allume les 8 voyants “ROUGE” et l’aiguille indique une Température supérieure à la Température du frein le plus chaud." source : CAC


Documentation sur le train d'atterrissage du Concorde avec l'utilisation du détecteur de température de freins :




4- Boite sélection radio téléphonique Team du Concorde Série, Référence: 66 893 028 00 - Juin 1977














Documentation sur la boite de sélection radio téléphonique du Concorde (EN) :



Documentation sur les systèmes de communication du Concorde :




5- Indicateur jaugeur de bâche hydraulique Jaeger du Concorde Série, Référence: 66 421 283 00 - Décembre 1977












Documentation sur les circuits hydrauliques du Concorde :





6- Indicateur de dérapage Crouzet du Concorde Série, Référence: 66 143 228 00 - Juillet 1978
















Documentation sur les instruments de vol du Concorde dont l'indicateur de dérapage :





7- Calculatrice Hewlett-Packard 41 CV, utilisée par l'Officier Mécanicien pour vérifier la performance des moteurs Olympus 593, Référence: 2545 S 20412 - 1979

Les HP 41CV faisaient partie des calculateurs préconisés pour certaines opérations de maintenance des moteurs du Concorde, notamment pour exécuter un algorithme à partir des mesures enregistrées lors de la croisière supersonique d'un paramètre appelé EGT (Exhaust Gas Temperature) dont les résultats pouvaient conduire à une inspection des moteurs









Partage des Savoirs : Utilisation HP 41CV à bord du Concorde par l'Officier Mécanicien



8- Indicateur de température alternateur fabriqué par la société Smiths Industrie et situé sur le poste du mécanicien d'un Concorde Série Air France. Il était utilisé pour la génération et la distribution électrique dans le Concorde d'un courant alternatif 115 V triphasé grâce à l'entrainement du réacteur Olympus Concorde. Ils étaient au nombre de 4, un par moteur. Référence: 66 833 232 00













9- Indicateur de pression de tuyaire primaire ou de pression d'air sortie moteur (P7) fabriqué par la société Smiths et situé sur le poste du mécanicien du Concorde Série. Ils étaient au nombre de 4, un par moteur Olympus 593. Référence: 66 833 231 05 - 1979











10- Indicateur double de température du carburant moteur et des paliers moteurs TCA (Turbine Cooling Air) fabriqué par la société Smiths Industries. Ils étaient au nombre de 4, un par moteur Olympus 593, et étaient montés sur le poste du mécanicien du Concorde Série. Référence: 66 833 240 02











11- Indicateur secondaire de pression d'huile fabriqué par la société Smiths Industries Limited. Ils étaient au nombre de 4, un par moteur Olympus 593, et étaient montés sur le poste du mécanicien du Concorde Série. Référence: 66 833 235 02











12- Indicateur température d'huile des réacteurs du Concorde fabriqué par la société Smiths Industries Limited et situé sur le poste du mécanicien du Concorde Série. Instrument faisant partie des paramètres secondaires réacteur. Ils étaient au nombre de 4, un par moteur. Référence: 66 833 239 02











13- Casque d'écoute d'un poste de pilotage Concorde fabriqué par Elno. Référence: 66 285 000 00 - Mars 1978







14- Machmètre Jaeger du Concorde Série. Référence: 66 421 285 00 - Octobre 1974










Documentation sur les instruments de vol du Concorde dont le Machmètre :



 

Le Mach : vitesse subsonique, transsonique et supersonique.

Une nouvelle unité de mesure a été introduite qui représente le rapport de la vitesse de l’avion par la vitesse du son : Le Mach du nom du physicien autrichien qui vers 1880-1890 mit pour la première fois en évidence le rôle de la vitesse du son aérodynamique.

On dit qu’un avion vole à vitesse subsonique lorsque sa vitesse est très inférieure à celle du son, c’est à dire inférieure à 300 m/s. 

On dit qu’un avion vole à vitesse transsonique (ou sonique) lorsque sa vitesse est comprise entre 300 m/s et 380 m/s, ce qui correspond à un nombre de Mach proche de 1. 

On dit qu’un avion vole à vitesse supersonique lorsque sa vitesse dépasse les 380 m/s, ce qui correspond à un nombre supérieur au nombre de Mach critique supérieur. 

Le nombre de Mach (M) est le rapport entre la vitesse de l’avion (v) et la célérité (c) du son dans l’air: M = v/c. La célérité du son dans l’air dépend de la température; M = 1 correspond à 1.235 km/h pour un avion volant à basse altitude par une température de 20 °C, et à 1.055 km/h pour une altitude de 10.000 m et – 60 °C. 

- En dessous de M = 0,8 la vitesse est dite infrasonique ou subsonique; 
- pour 0,8 < M < 1,2 elle est transsonique, 
- pour 1,2 < M < 5, elle est dite supersonique, 
- au-delà elle est hypersonique.
 


Voila également quelques informations de l'encyclopédie en ligne Wikipédia :

Nombre de Mach

Anémométrie en aéronautique

Photos Artistiques d'un Machmètre : Galerie d'Art



15- Cap horizon gyroscopique ou horizon artificiel de secours du Concorde Air France F-BVFB avec 5986 heures de vol. Instrument fabriqué par la société SFENA. Référence: 66 849 037 00 - Janvier 1975

Instrument vendu dans le lot 34 chez Christie's en Novembre 2003 et adjugé pour 19 975 euros (lot avec HSI et Indicateur d'Incidence)













Description Horizon Artificiel de Secours Concorde



16- Radar Météo Ekco Avionics du Concorde Série permettant la détection des zones nuageuses en vol et qui a volé sur le Concorde TSS 2. Référence: 66 267 006 00





Photos Artistiques du Radar Météo : Galerie d'Art
















Pour en savoir plus :
Radar Météo pour Concorde (version en Anglais)


Documentation sur les systèmes de navigation du Concorde (FR) :





Documentation on the Concorde Navigation systems (EN):






17- Montre Chronographe Omega du Concorde Série qui a volé au moins 227 heures sur le Concorde TSS 1 correspondant au F-WTSB, Référence: 66 618 002 07 - Juin 1972










Photos Artistiques d'un Chronographe Omega : Galerie d'Art


Ce chronographe a été développé pour équi­per les appareils de pré-série et premiers appareils de série du Concorde. C'est un instru­ment électronique à résonateur sonore (OMC-MC1) combinant une horloge digitale 24 heu­res GMT et le comp­teur de bord. C'est un diapason du constructeur René Roth, à fréquence de 2 KHz beaucoup plus résistant aux chocs mécaniques et aux vibrations que le diapason 360 HZ de Bulova, qui ne répondait pas aux exigences requises pour le Concorde. Auparavant, la société Omega avait équipé les prototypes Concorde 001 et 002 d'instruments séparés...d'un coté un compteur à résonateur sonore (OMC-C1) et de l'autre une horloge électronique (OMC-M1) avec affichage digital de l'heure GMT.





En effet, suite à un appel d'offre de Sud-Aviation en 1967, Omega est choisie face à ses concurrentes suisses, françaises et américaines pour fournir les instruments horaires du futur supersonique franco-britannique. Il s'agissait d'une mon­tre de bord à affichage numérique (préféré à l'analo­gique par le pilote d'essai André Turcat, en raison de son usage scientifico-technique) et d'un compteur à affichage hybride, avec secondes analogiques et minutes numériques. L'un et l'autre étaient pilo­tés par un ré­sonateur sonore à haute fréquen­ce, fourni par l'Ins­­titut Straumann de Waldenbourg.
Mis au point en l'espace d'une année par les ingénieurs de la Recherche scientifique de Claude Vil­lars, ils répondaient à une série d'exigences très sévè­res en matière de résistance thermique, d'humi­dité, de pression, de vibrations, d'accélérations et de chocs. Des tests supplémentaires ont également été effectués dans des atmosphères de brouillard salin, sous l'effet de contaminants divers et même sous l'effet d'attaque par certains champignons...



Documentation sur les instruments de vol du Concorde dont la montre de bord :






18- Commande Radiogoniomètre automatique aussi appelé radiocompas ADF (Automatic Direction Finder) du Concorde Série fabriqué par Marconi Company LTD. Référence: 66 491 022 00

Une antenne sur l’avion capte un signal radio (dans la bande de fréquence de 190 kHz à 1750 kHz) émis par un émetteur au sol appelé NDB (Non Directional Beacon). L’information délivrée au pilote est présentée par une aiguille qui indique la direction de cette station.
Sur le Concorde, il y avait 2 systèmes Radio-Compass Automatique ou ADF (Automatic Directional Finder) permettant la recherche, l'écoute et le relèvement d'une balise radio navigation identifiée par son indicatif morse et dont l'implantation géographique était connue de l'équipage du Concorde. Les antennes étaient fixées sur le toit du fuselage, les récepteurs étaient installés dans les armoires électroniques situées dans le galley arrière.






Documentation sur le radio compas et commande ADF du Concorde (FR) :




Documentation sur les systèmes de navigation du Concorde (FR) :




Documentation on the Concorde Navigation systems (EN):




Compteur d'accès :